L'honnêteté de Brice Hortefeux

Publié le par Noir Papillon

http://noir.papillon.free.fr/illustration/cactusalites/126/20101214hortefeux_en_exemple.png

Sept policiers, un accident. Une voiture de police percute l'un d'entre eux et ils décident de faire porter le chapeau à un automobiliste qui n'avait à priori rien à voir dans l'histoire. Bref, grosse bavure, et les policiers sont condamnés (à des peines plutôt gentilles vu la gravité de la manoeuvre). Voilà pour les faits ; après suivent les réactions.

 

Les policiers sont absolument furieux et manifestent en tenue de travail contre une justice beaucoup trop sévère. Le ministre de l'intérieur, à son tour, condamne la sentence. Fin de l'acte 1, place à l'acte 2.

 

Les journalistes déchainés et les partis d'opposition fustigent l'attitude scandaleuse de Brice Hortefeux qui devrait s'en prendre aux policiers fautifs et non à la Justice. Bref, il devrait incarner l'exemplarité de la police et non couvrir ses travers. Et là on est en droit de s'esclaffer devant autant d'hypocrisie !

 

Peut-on attendre quoi que ce soit de Brice Hortefeux ? Qui espère la moindre valeur de la la part de ce sommet d'incompétence condamné pour insulte raciste ? A l'image de son ami Nicolas Sarkozy, il n'excelle que dans sa capacité à remplir les colonnes des journaux d'inepties. Il n'est encore au pouvoir que parce que la décision appartient exclusivement au président. Alors non, il n'y a rien à attendre, rien à espérer. Plutôt que de condamner son manque de bonne conduite, pourquoi aucun journal ne dresse pas tout simplement le "casier" du ministre de l'intérieur publiquement ?

 

Rien qu'en prenant les cinq derniers mois et les seuls éléments de ce blog, ça donne :

 

- Atteinte au droit de grève par la force

- Injure raciste

- Mesures racistes et dissimulation de vérité

- Négligence envers les citoyens

 

- Parti-pris pour des flics truands contre la Justice de France

- Propos insultants envers des pays voisins et amis

 

Plutôt que de s'acharner sur chacune de ses déviances dont on est, c'est triste de le dire, désormais blasé, jetons-lui au visage sa désastreuse accumulation de médiocrité et disons-lui simplement "Trop, c'est trop".

Publié dans Fait divers

Commenter cet article